#MakeYourPark

Tronc d'arbre abimé par une plateforme dans un parc accrobranche

Comment préserver les arbres de son parc accrobranche ?

Entretenir son Parc Accrobatique en Hauteur (PAH) c’est préserver la pérennité de son entreprise mais c’est surtout prendre conscience qu’adopter des pratiques responsables pour l’environnement doit faire partie intégrante du plan de gestion d’une entreprise au XXIème siècle. Notamment pour les activités se déroulant en pleine nature.
Alors comment préserver la santé du patrimoine naturel de son parc accrobranche.

 

Bien choisir ses arbres

Contracton d'un parc - PAHLa construction d’un parc accrobranche est réalisée sur des arbres adultes, sains et robustes. La plupart des essences d’arbre est capable de supporter la fixation de plateformes, de lignes de vie et d’ateliers.
Le premier critère à observer pour pouvoir installer une plateforme est le diamètre de l’arbre. Il faut compter 30 cm de diamètre minimum pour pouvoir utiliser l’arbre.

Bien sûr, seul un expert phytosanitaire vous permettra de savoir si oui ou non il est possible d’utiliser un arbre. L’expert prend en compte de nombreux critères :

  • l’essence : certaines variétés ont une croissance rapide, d’autres sont moins tolérantes au perçage .
  • l’âge : les sujets jeunes ont une croissance plus rapide.
  • Les maladies peuvent causer des fragiliter voire tuer l’arbre.
  • La qualité de l’enracinement, en particulier sur les terrains escarpés ou en bordure de cours d’eau.
  • L’aspect général : la qualité du feuillage, la présence de branche mortes, etc sont autant d’indices permettant de donner des indications sur l’état de santé général.

 

Préserver la santé de son parc acrobatique en hauteur

Entretien d'une plateformeEn tant que support, l’arbre peut être fragilisé. Des visites de contrôle régulières permettent donc de vérifier l’évolution des installations pour préserver la sécurité des participants ainsi que la bonne santé des arbres. Deux expertises sont réalisées chaque année :

  • Le contrôle de sécurité des installations : les câbles, plateformes, les filets, poulies, … et même les EPI font l’objet d’une vérification annuelle.  En cas de dégradation, un remplacement ou une réparation est effectué.
  • Le contrôle phytosanitaire : le bon état sanitaire des arbres, l’absence de maladie ou de défaut dû aux installations du parcours d’aventure sont vérifiés.
La plupart des PAH étant fermés en hiver, les visites de contrôle et l’entretien ont lieu en fin de saison ou durant la préparation de la nouvelle saison afin de garantir la sécurité du parc pour le nouvel exercice.
 

La circulation de la sève dans un arbre

Tronc d'arbre en coupe - circulation e la sèveLa sève transporte les éléments nutritifs entre les différentes parties de l’arbre. Il existe deux types de sèves:
  • La sève brute est une solution de sels minéraux captée au niveau des racines. Elle circule dans l’aubier qui est la partie périphérique du tronc. La partie centrale du bois, le duramen est « morte »et joue seulement un rôle de soutien.
  • La sève élaborée contient des acides aminés et des sucres provenant essentiellement des feuilles, siège de la photosynthèse. Elle circule dans le phloème situé juste sous l’écorce.
Les systèmes de fixation non entretenus compriment les parties périphériques du tronc. Ils perturbent la circulation de la sève élaborée et affaiblissent l’arbre.
Phénomène d'écrasement du tronc par le système traditionnel de fixation de plateforme en accrobranche
 

Palier aux problèmes de maintenance de vos plateformes

Les fragilités mécaniques sont provoquées par un entretien ou des techniques de construction inadaptés. Les tours morts en câble qui entourent l’arbre et les cintrages trop importants des plateformes sont les problèmes les plus récurrents que l’on observe.

Tronc abimé par une plateforme dans un parc accrobrancheLe système de fixation « traditionnel » des plateformes est aujourd’hui encore le plus courant. Il utilise des madriers comprimant le tronc de l’arbre. Ce système a montré ses limites. La croissance en diamètre est contrainte par les madriers. Le transit de la sève élaborée est perturbé et l’arbre, ne peut plus se développer au niveau des zones de compression. Au bout de quelques années, il est possible d’observer l’adoption par le tronc d’une section en carré au niveau du serrage. Dans des cas extrêmes, cette fragilisation peut aller jusqu’à une rupture du tronc.

Si ce système n’est pas pour autant à proscrire, il nécessite par l’exploitant des interventions régulières afin d’adapter le serrage à la croissance de l’arbre. La fréquence des interventions est fonction de la vitesse de croissance de l’arbre (dépend de l’espèce, de l’âge, du sol, etc.). Ces interventions d’entretien se révèlent coûteuse pour les exploitants puisqu’elles nécessitent beaucoup de temps de travail et le remplacement intégral du bois de la plateforme.

Des systèmes de fixations alternatifs

  • Goujon d'encrage dans un arbre - Clou SVALa fixation de plateformes avec sangles d’amarrage : ce système est rapide à mettre en place et peu couteux. Pour la maintenance, les sangles sont changées régulièrement pour des neuves qui seront positionnées si possible à un endroit différent. 
  • La fixation de plateformes avec un goujon d’ancrage : ce système de fixation permet à l’arbre de grandir pendant plusieurs années sans contraintes. Les interventions de maintenances sont espacées d’au moins 5 ans voire 10 ans selon les essences d’arbres et la longueur du clou. Nous reviendrons sur les détails de ce mode de fixation dans un prochain article.
Si les sangles répondent uniquement à la problématique de fixation de vos plateformes, les goujons permettent aussi de fixer vos lignes de vies et vos ateliers sur les arbres.
 

Préservez l’environnement de vos arbres

Les racines de vos arbres doivent être préservées. Il faut limiter autant que possible les tassements qui sont la principale cause de dépérissement des arbres sur ce type de pratique. Les piétinements provoquent un tassement du sol, une perte de porosité et la formation de zones d’imperméabilité qui vont modifier de façon considérable la circulation de l’eau dans le sol. Ces phénomènes réduisent la quantité d’oxygène disponible dans le sol, ce qui compromet la survie des racines fines. Parmi les mesures faciles à mettre en place, vous pouvez :

  • Canaliser la circulation des personnes en posant de petites clôtures. La ganivelle ou les piquets reliés par de la corde vous permettront de ne pas nuire visuellement au site.
  • Limiter au maximum l’utilisation d’engins lourds.
  • Recouvrir les zones de circulations par du mulch pour éviter la mise à nu du sol.

La végétation de sous-bois maintient un aspect naturel à votre parc. Elle constitue surtout l’habitat de toute une faune d’insectes et de rongeurs et participe à la création de matière organique.
La matière organique est principalement issue de la décomposition des végétaux. Elle est un réservoir d’éléments nutritifs, participe à la structuration des sols et possède une énorme capacité de rétention d’eau.

  • Limitez vos interventions de débroussaillage au strict minimum
  • Canalisez la circulation de votre clientèle pour éviter le piétinement de la végétation.

Préserver vos populations d’arbres . En effet, en peuplement forestier, les arbres se protègent entre eux. Il a été mis en évidence que les arbres de milieu en massif ne perçoivent que 30% des perturbations liées aux vents que subissent les arbres de lisière. Les arbres se trouvant exposés aux vents dominants sont donc particulièrement importants. Vous devez donc préserver un maximum d’arbres sur votre site :  

  • Ne limitez pas vos interventions d’entretiens aux seuls arbres supports d’ateliers.
  • Préférez un haubanage entre arbres qui accompagnera davantage les mouvements et limitera les risques de rupture.

Ces mesures vous permettront également de changer d’arbre support si celui-ci devenait défaillant.

Arbre dans un parc accro